Qui sommes nous ?


 
Benjamin Bitton, fondateur de Sim+ :

Benjamin Bitton pourrait incarner la nouvelle génération d'entrepreneurs. Innovant, curieux, et très intuitif, ce jeune Bordelais de 36 ans a su lire entre les lignes de l'histoire de la téléphonie mobile pour en écrire sa propre version. Il est aujourd'hui considéré comme l'un des pionniers de la téléphonie low cost avec Sim+.


Titulaire d'un DECF en comptabilité (obtenu en 1997 à l'université de Bordeaux IV), Benjamin Bitton ne sera jamais expert-comptable... Passionné par les nouvelles technologies, il s'installe à Paris pour suivre au plus près les avancées de la téléphonie et de l'informatique. Il presse déjà leur convergence à venir.

Benjamin Bitton décide de tenter l'aventure dans ce domaine et, en 2000, il décroche un poste d'animateur d'équipes commerciales chez Golden Commercial. En 2002, il devient directeur d'agence chez GSM Express, société spécialisée dans la réparation, le déblocage et le désimlockage des Iphones.

En 2004, Benjamin Bitton décide de se lancer à son compte et créé CAAC. Son activité ? Distribuer des forfaits Bouygues Telecom... en faisant du porte à porte, technique de vente depuis longtemps mise au rebut. Contre toute attente, cette méthode commerciale, couplée avec des call-center installés au Maroc, est un véritable succès.

Benjamin Bitton ne se contente pas de cet accomplissement. En 2009, il rassemble ses économies et lance Sim+, une start'up qui achète des minutes de téléphonie en gros à SFR, pour les revendre au détail. Autrement dit, Sim+ est un réseau mobile virtuel, un "MVNO" (Mobile Virtual Network Operator). Fort de son expérience et de son intuition sans faille, Benjamin Bitton décide de casser les prix (méthode que Xavier Niel reprendra quelques années plus tard, avec le succès que l'on connaît). Il lance un forfait prépayé à bas prix sur les communications vocales, avec, en plus, un téléphone Nokia d'entrée de gamme. Sa stratégie est d'offrir des forfaits plus souples destinés aux petits budgets. Les utilisateurs peuvent ainsi gérer leur consommation au plus près et les risques d'impayés sont minimisés. La minute Sim+ est alors à 17 centimes, soit l'un des meilleur prix du marché. Face aux géants de la téléphonie, son offensive est payante et son entreprise connaît un succès sans précédent. Au début, Benjamin Bitton porte toutes les casquettes : commercial, responsable clientèle, testeur, débuggeur... Il n'hésite pas à tout faire pour atteindre son but : se faire une place de choix dans le marché de la téléphonie, dominé par une poignée de grands acteurs. Quand, en 2012, Free arrive et propose des forfaits aux tarifs très concurrentiels, Sim+ s'aligne, organise la refonte des ses multiples forfaits et crée trois niveaux qui répondent à l'offre de Free.

Benjamin Bitton a implanté son entreprise dans la région bordelaise. Grâce à des campagnes de communication et d'appels téléphoniques, elle attire chaque jour de nouveaux clients. La bonne implantation locale de Sim+ lui a permis de se développer. à ce jour, l'entreprise compte 2 700 magasins sur tout le territoire. S'appuyant sur sa réussite passée, Benjamin Bitton sous traite avec un call-center au Maroc, afin de minimiser les coûts. Mais, délocalisation de l'assistance, ne signifie pas réduction de la qualité de service. Bien au contraire, car le propriétaire de Sim+ privilégie la relation avec les clients. Pour lui, bas prix et qualité du service après-vente vont de pair.

Une offre simplifiée et des coûts d'exploitation réduits grâce à la délocalisation du call-center permettent à Sim+ de proposer une des offres les plus intéressantes de la téléphonie mobile. Benjamin Bitton est constamment en train d'innover et d'anticiper. Sûr de lui et de ses acquis, fort de ses succès, il ne recule devant aucun défi, au service du consommateur.